Une errance ambiguë : l’aventure de la comtesse d’Isembourg

Jolene Vos-Camy (Calvin College)

La princesse allemande Anne-Françoise de Hohenzollern, devenue comtesse d'Isembourg en 1630, a scandalisé son entourage quand, trois ans plus tard, elle a quitté son mari avec l'aide de son page pour se réfugier en France, rejoignant le frère de ce dernier. D'abord réfugiée à Paris, la comtesse s'installe ensuite à Albi. Trois récits du XVIIe siècle racontent cette aventure : Tallemant des Réaux représente une dame prête à tout faire pour suivre un amant; l'écrivaine albigeoise Antoinette de Salvan de Saliès la représente fuyant un mari violent et n'ayant que des ennuis avec les hommes amoureux d'elle; les soeurs du couvent de la Visitation de Sainte-Marie d'Albi, où notre héroïne s'établira, la décrivent comme une sainte qui avait toujours voulu dédier sa vie au Seigneur et qui a dû passer par bien des épreuves. Si les faits principaux de sa vie sont les mêmes dans les trois récits, les situations qui influencent ses actions mettent en relief l'impossibilité de savoir exactement la vérité dans cette histoire, mettant en lumière les enjeux périlleux d'une telle aventure.