“Mais quelle épaisse nuit tout à coup m’environne?” : de l’errance amoureuse à l’exigence de la reconnaissance dans le théâtre racinien

Jennifer Tamas (Rutgers - The State University of New Jersey)

Dès la préface à Andromaque, Racine se défend de l'accusation de galanterie. On a beaucoup reproché au célèbre dramaturge la mollesse de ses héros masculins et le cœur tendre des empereurs qui devraient davantage se faire craindre que se faire aimer. Pourtant, son théâtre remet profondément en cause les codes galants de son époque. Indécences, errements, voire aliénations hantent son théâtre. Les héros amoureux sont chez Racine des êtres soumis à une errance à la fois spatiale et morale. Le sentiment amoureux ne peut se celer et il provoque pourtant un étrangement à soi qui peut s'avérer fatal. Cette communication vise à explorer le paradoxe suivant : si aimer équivaut à se perdre, l'être amoureux a néanmoins besoin de déclarer son amour et cherche la reconnaissance de l'autre pour survivre. L'étude de la déclaration d'amour permettra ainsi de saisir la façon dont Racine théâtralise une identité amoureuse qui remet en cause les codes galants de son époque.