Labirinthe

Image : Sébastien Le Clerc, «Plan du Labirinte de Versailles» (détail), dans Charles Perrault, Labyrinthe de Versailles, Paris, Imprimerie royale, 1679. © Bibliothèque nationale de France.

Présentateurs

APOSTOLIDÈS Jean-Marie (Stanford University)

Titulaire de la chaire William H. Bonsall de l’Université Stanford, Jean-Marie Apostolidès a également dirigé les périodiques Stanford French Review et Stanford Literature Review. S’intéressant à la situation de la création artistique à l’âge classique, il a étudié l’apparat dans la cours de Louis XIV (Le roi-machine, 1981) et la fonction du théâtre dans l’Ancien Régime (Le prince sacrificié, 1985).

Il a notamment publié :
«Le fantôme de Cyrano dans l'oeuvre de Jean Anouilh», Études littéraires 41, 2010, p. 29-39;
«Le théâtre de la frontalité», Tangence 88, 2008, p. 15-27.

ARENBERG Nancy (University of Arkansas)

Spécialiste de la littérature épistolaire des XVIIe et XVIIIe siècles, Nancy Arenberg a récemment publié une monographie sur les représentations d’Abélard et Héloïse à cette époque (Textual Transvestism, 2014). Elle a également fait paraître plusieurs études sur des auteurs nord-africains et juifs francophones.

Elle a notamment publié :
Textual Transvestism: (Re)Visions of Heloise (17th -18th Centuries), Amsterdam, Rodopi, 2014;
«Idyllic Spaces : Marriage and Politics in the Montpensier-Motteville Correspondence», Papers on French Seventeenth Century 78, 2013, p. 65-79.

ASSAF Francis (University of Georgia)

Spécialiste du roman comique, auquel il a consacré plusieurs études (dont Lesage et le picaresque, 1983), Francis Assaf a également fourni aux études dix-septièmistes des éditions critiques d’importance, dont celle des Originaux ou L’Italien de Houdar de La Motte (2012) et de L’orphelin infortuné ou Le portrait du bon frère d’Oudin de Préfontaine (1991).

Il a notamment publié :
«Amadis de Grèce ou la mise en fiction du pouvoir royal», Seventeenth-Century French Studies 31 (1), 2009, p. 14-24;
«Dystopie, désir, discours dans L'Orphelin infortuné de Préfontaine», Literaturwissenschaftliches Jahrbuch 48, 2007, p. 181-188.

BEDEL Mathilde (Aix Marseille Université)

Préparant actuellement une thèse sur les récits de voyage de la France vers l’Inde et de l’Inde vers la France du XVIIe au XIXe siècle, Mathilde Bedel étudie les récits de voyage d’un point de vue littéraire, notamment la manière dont le mouvement et l’errance entraînent des erreurs d’interprétation.

À paraître :
«Quand la Sati devient la sorcière : errances viatiques en Inde au XVIIe siècle», Malice 5.

BELLEMARE Alex (Université de Montréal)

Auteur d’un mémoire de maîtrise sur le rire dans le genre de l’histoire comique au XVIIe siècle, Alex Bellemare prépare actuellement une thèse étudiant la représentation de l’espace dans l’utopie de l’âge classique. Il s’intéresse également aux configurations du sujet ainsi qu’à la réflexivité romanesque dans les textes d’Ancien Régime.

À paraître :
«Sociabilités carcérales. La représentation de la prison chez Cyrano et Dassoucy», dans S. Abdela (dir.), La sociabilité du solitaire. Pratiques et discours de l'intimité, de l'exclusion et du secret à l'époque moderne, Paris, Hermann, à paraître en 2015.
«De curieux voyages en enfers. L'imaginaire viatique dans Le Berger extravagant et Le Gascon extravagant», dans I. Bour et T. Belleguic (dir.), Scénographies du voyage en Nouvelle-France et en Europe (XVIe-XVIIIe siècles), Paris, Hermann.

BEYTELMANN Sarah (Princeton University)

Les travaux de Sarah Beytelmann portent sur les rapports entre langage et exclusion chez Dominique Bouhours, Pierre Bayle et Antoine Furetière; chez ce dernier, elle étudie spécialement les relations entre l’ordre politique et social et l’ordre linguistique et discursif.

BOMBART Mathilde (Université Jean Moulin - Lyon 3)

Spécialiste des écrits et des formes polémiques ainsi que de littérature épistolaire, Mathilde Bombart est membre du Groupe d’analyse de la dynamique des genres et des styles de l’Université Jean Moulin. En tant qu’historienne de la lecture, elle a participé à l’édition critique de La bibliothèque française de Charles Sorel (à paraître).

Elle a notamment publié :
(dir.), Lectures de Tristan L'Hermite, Rennes, Presses de l’Université de Rennes, 2013;
«Déchiffrer la tragédie racinienne? La fable tragique à l'épreuve de la lecture à clé», dans R. W. Tobin et al. (dir.), Changing Perspectives. Studies on Racine in Honor of John Campbell, Charlottesville, Rookwood, 2012, p. 156-166.

BOHNERT Céline (Université de Reims Champagne-Ardenne - Centre d'Études Supérieures sur la Renaissance)

Les recherches de Céline Bohnert portent sur la mythologie dans les arts et la pensée des XVIe et XVIIe siècles. Interrogeant le rapport des humanistes (savants et poètes) à l’héritage antique, elle cherche la manière dont se constitue une culture moderne du mythe en envisageant le langage croisé des arts et en étudiant les usages de la mythologie, ainsi que l’élaboration théorique de la notion de fable qui les sous-tend.

Elle a notamment publié :
avec R. Borderie (dir.), Poétiques de la vengeance. De la passion à l'action, Paris, Classiques Garnier, 2013;
«Les dieux de la fable dans les Fables de 1668 : d'une mythologie l'autre», dans C. Noille (dir.), Lectures de La Fontaine. Le recueil de 1668, Rennes, Presses de l’Université de Rennes, 2011, p.215-229.

BROUÉ Catherine (Université du Québec à Rimouski)

Membre du Groupe de recherche sur les écrits canadiens anciens et du Centre de recherches sur la littérature des voyages (Université de Paris 4), Catherine Broué a signé plusieurs contributions dans des actes de colloques organisés par ces groupes; on lui doit l’édition modernisée d’une relation de voyage de Louis Hennepin (Par-delà le Mississipi, 2012).

Elle a notamment publié :
«Une rhétorique du silence : l'oeuvre jésuite dans la Description de la Louisiane de Louis Hennepin», dans C. Donato et al. (dir.), Jesuit Accounts of the Colonial Americas, Toronto, University of Toronto, 2014, p. 291-306;
avec M.-A. Croft, «L'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert dans la bibliothèque du Grand Séminaire de Rimouski», Mémoires du livre 5 (1), 2013.

CANOVA-GREEN Marie-Claude (Goldsmiths, University of London)

Les travaux de Marie-Claude Canova-Green portent sur le divertissement de cour en France au XVIIe siècle et sur la politique-spectacle en général. Elle a aussi travaillé sur la question de l’écriture de l’histoire, en se penchant notamment sur le cas posé par les histoires métalliques des règnes de Louis XIII et de Louis XIV, de même que sur les récits de vie des grands seigneurs factieux.

Elle a notamment publié :
«From Object of Curiosity to Subject of Conversation: Mlle de Scudéry and the Paris Entry of Louis XIV and Maria Teresa (1660)», dans J. Andrews et al. (dir.), Writing Royal Entries in Early Modern Europe, Turnhout, Brepols, 2013, p. 323-339;
«D'une culture l'autre: Charles Perrault et le Labyrinthe de Versailles», Seventeenth-Century French Studies 34 (2), 2012, p. 143-157.

CARLIN Claire (University of Victoria)

Spécialiste de littérature française du XVIe au XVIIIe siècle, de l’histoire du mariage et de la théorie féministe, Claire Carlin concentre une grande partie de ses travaux aux représentations du mariage dans l’Europe moderne (voir l’anthologie virtuelle Le mariage sous l’Ancien Régime, réalisée en collaboration avec le Humanities Computing and Media Centre de l’Université Victoria). Elle est également responsable, avec L. Picciola, M. Vuillermoz et J. de Guardia, de l’édition critique des cinq premières pièces de Corneille (Théâtre, tome I, 2014), ainsi que de la direction d’ouvrages collectifs, dont un en histoire de la médecine.

Elle a notamment publié :
«Les chagrins du mariage: réflexions sur une catégorie de topos au XVIIe siècle», dans F. Lavocat (dir.), Le mariage et la loi dans la fiction narrative avant 1800, Louvain, Peeters, 2014, p. 399-416;
«La polémique misogame et le parasitage des savoirs renaissants», dans C. Noille et B. Roukhomovsky (dir.), Un autre dix-septième siècle, Paris, Champion, 2013, p. 135-146.

CARTMILL Constance (University of Manitoba)

Investiguant la problématique de la mémoire chez les femmes mémorialistes d’Ancien Régime, les travaux actuels de Constance Cartmill s’intéressent plus particulièrement aux figures de la maternité dans les Mémoires de Marguerite de Valois. Liés à ces travaux par l’écriture du témoignage, ceux qu’elles mènent sur la correspondance de Pierre Nicole l’envisagent à la lumière du genre de l’essai.

À paraître :
«Métissage rhétorique et duplicité discursive dans les relations de voyage de Pierre-Esprit Radisson», dans L. Côté (dir.), De Pierre-Esprit Radisson à Louis Riel. Voyageurs et Métis, Winnipeg, Presses universitaires de Saint-Boniface;
«Scénographie de la mer et éthos du voyageur : l'expédition de Lapérouse à la baie d'Hudson (1782)», dans I. Bour (dir.), Scénographie du voyage en Nouvelle-France et en Europe (XVIe-XVIIIe s.), Paris, Hermann.

CHAMARD-BERGERON Julia (Université du Québec à Montréal)

Les recherches postdoctorales de Julia Chamard-Bergeron visent à décrire les rapports entre amour humain et amour divin dans le roman classique, en examinant la manière dont les différents liens humains concourent ou s’opposent à une forme de sainteté qui peut être définie en dialogue avec l’héritage chrétien, même lorsque celui-ci n’est pas explicitement convoqué dans le récit. Ce travail souhaite interroger la capacité de la littérature narrative à dégager un espace ouvert à la transcendance.

Elle a notamment publié :
«“Hors de nous et en nous” : la circonscription de soi dans les Épîtres morales», dans M.-C. Mioche (dir.), Audace et modernité d'Honoré d'Urfé, Paris, Honoré Champion, 2013, p. 181-192;
avec P. Desan et T. Pavel (dir.), Les liens humains dans la littérature (XVIe-XVIIe siècles), Paris, Classiques Garnier, 2012.

CONBOY Ana (Boston College)

Anna Conboy rédige actuellement une thèse sur la méta-théâtralité dans la le théâtre hagiographique parisien entre 1630 et 1650. Cette étude questionne la professionnalisation du théâtre pour tenter de comprendre les raisons d’être de la vogue hagiographique; elle se penche également sur le contexte historique, politique et culturel de l’époque pour dégager le discours sous-entendu des textes dramatiques sur le monde qui les entourent.

À paraître :
«Ourika et Ernestine : un dénouement déterminé par la crise de la non-intégration», Tiresias 4, 2010, p. 89-100;

CORREARD Nicolas (Université de Nantes)

Spécialiste du comique de la Renaissance, de ses sources antiques et de ses prolongements à l’âge classique, Nicolas Correard s’intéresse également à l’histoire du scepticisme, du cynisme et de l’épicurisme du XVIe au XVIIIe siècle. Ses travaux visent en outre à éclairer les rapports de la littérature d’Ancien Régime à la science.

Il a notamment publié :
«La parodie satirique du discours critique au XVIIIe siècle», dans P. Chardin et M. Rousseau (dir.), L'écrivain et son critique : une fratrie problématique, Paris, Kimé, 2014, p. 417-426;
«Anti-Scientific Skepticism and Early Satires of the Royal Society (1660-1730)», Science et esprit 65 (3), 2013, p. 325-343.

CÔTÉ Sébastien (Carleton University)

Co-fondateur de la revue interdisciplinaire Post-scriptum.org (2002-auj.), Sébastien Côté poursuit des recherches sur l’histoire intellectuelle du XXe siècle, et spécifiquement sur Michel Leiris et le discours ethnographique dans la littérature française de cette période, ainsi que sur l’histoire des avant-gardes. Il s’intéresse également au patrimoine lettré de la Nouvelle-France et aux représentations du «noble sauvage» qu’il donne à lire.

Il a notamment publié :
«Réception des relations de voyage en Nouvelle-France dans quelques histoires littéraires du Québec et du Canada», @nalyses, 9 (1), 2014, p. 269-295;
avec C. Doutrelepont (dir.), Relire le patrimoine lettré de l'Amérique française, Québec, Presses de l’Université Laval, 2013.

CROFT Marie-Ange (Université du Québec à Trois-Rivières)

Se penchant dans le cadre de sa thèse de doctorat sur l’oeuvre d’Edme Boursault, Marie-Ange Croft est l’auteure d’un mémoire de maîtrise sur l’héritage préclassique du français québécois, à la lumière de la réception de la Deffence et illustration de la langue françoyse.

À paraître :
«Edme Boursault (1638-1701) et Françoise Pascal (1632-1698?) : stratégies et enjeux de la publication du lien interpersonnel», dans S. Abdela et al. (dir.), La sociabilité du solitaire, Paris, Hermann;
«Le Pigeon qui voulait devenir Corneille ou la fable d'Edme Boursault (1638-1701)», dans K. Gladu et al. (dir.), Entre vices et vertus : discours moral, invention littéraire et pensée esthétique (XVe-XVIIIe siècle), Paris, Hermann.

DANDREY Patrick (Université Paris-Sorbonne)

Patrick Dandrey est professeur à l’Université Paris-Sorbonne (chaire de «Littérature française du XVIIe siècle»). Membre étranger de la Société Royale du Canada (Académie des Arts, Lettres et Sciences humaines), il préside la Société des Amis de Jean de La Fontaine. Il est spécialiste de la littérature et de la culture du XVIIe siècle, Molière et La Fontaine notamment, et de l’ancienne médecine de l’âme, en particulier l’imaginaire de la mélancolie.

DECLERCQ Gilles (Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3)

Directeur de l’Institut de recherche en études théâtrales de l’Université Paris 3, codirecteur du projet de recherche «Esthétique de la représentation en modernité» et membre de plusieurs comités éditoriaux de revues savantes, Gilles Declercq est spécialiste de l’histoire de la rhétorique de l’Antiquité à la première modernité et des formes et aux enjeux du tragique. Ses travaux croisent l’analyse du discours et l’esthétique, pour éclairer des questions fondamentales de la littérature d’Ancien Régime, telles la représentation des passions. Non limitées à cette période, ses recherches portent également sur l’interaction du théâtre et du cinéma contemporain.

Il a notamment publié :
«Pathos et théâtralité. Pour une économie cognitive des passions», dans Michael Rinn (dir.), Émotions et discours. L'usage des passions dans la langue, Rennes, Presses de l'Université de Rennes, 2008, p. 219-245;
avec J. de Guardia (dir.), Iconographie théâtrale et genres dramatique, Paris, Presses Sorbonne nouvelle, 2008.

DENZEL Valentina (Michigan State University)

Spécialiste de littérature française et italienne des XVIIe et XVIIIe siècles, Valentina Denzel étudie la fiction de cette période à la lumière de la théorie queer, de la narratologie et de la théorie des mondes possibles.

Elle a notamment publié :
«Selbstdarstellung und Rezeption der Kriegerin in Frankreich während des 17. Jahrhunderts», dans K. Latzel et al. (dir.), Soldatinnen: Gewalt und Geschlecht im Krieg vom Mittelalter bis heute, Berlin, Ferdinand Schöningh, 2011, p. 129-158;
«Virago valorosa o “Marfisa bizarra”? La donna guerriera ne La pazzia d'Isabella (1611) di Flaminio Scala e ne Lo Schiavetto (1612) di Giovan Battista Andreini», Quaderni d'Italianistica 30 (2), 2009, p. 1-19.

FOURNIER-PLAMONDON Anne-Sophie (Université Laval)

Doctorante en histoire, Anne-Sophie Fournier-Plamondon étudie la question des usages et des pratiques de l’écrit dans l’Ancien Régime à travers le cas d’Antoine Godeau (1605-1672). Les articulations entre le politique et les lettres dans la France du XVIIe siècle se situent au cœur de ses travaux, qui interrogent également le concept de trajectoire.

Elle a notamment publié :
avec J. Racine-Saint-Jacques, «(Re)Constituer la trajectoire», Conserveries mémorielles 15, 2014;
avec N. Dion et S. Massé (dir.), Ombres et pénombres de la République des Lettres. Marges, hétérodoxie, clandestinité (XVe-XVIIIe siècle), Paris, Hermann, 2014.

FREIDEL Nathalie (Wilfrid Laurier University)

Prenant pour centre de préoccupation la littérature française du XVIIe siècle, les travaux de Nathalie Freidel visent à comprendre l’expression de la subjectivité et du soi littéraires à travers l’étude de corpus épistolaires et d’autres écrits intimes. Elle s’intéresse également à l’apprentissage de la rhétorique chez les femmes lettrées d’Ancien Régime.

Elle a notamment publié :
«L'Histoire amoureuse des Gaules au carrefour des genres mondains», @nalyses 9 (1), 2014;
«“Le temps vole et m'emporte malgré moi”: éphémère et permanence dans l'œuvre de Mme de Sévigné», dans É. Van der Schueren (dir.), De la permanence, Paris, Hermann, 2013, p.101-116.

GETHNER Perry (Oklahoma State University)

Le domaine de recherche de Perry Gethner est le théâtre français et l’opéra des XVIIe et XVIIIe siècles, et plus particulièrement leurs diverses représentations du féminin. Il est l’auteur d’éditions critiques et de traductions vers l’anglais de dramaturges de cette époque, tels Rotrou, Du Ryer, Mairet et Voltaire.

Il a notamment publié :
«Women and the Theatrical Tradition», dans F. E. Beasley (dir.), Teaching Seventeenth and Eighteenth-Century French Women Writers, New York, MLA, 2011, p. 84-91;
H.-J. de Castelnau, A Trip to the Country [Voyage de campagne, 1788], traduction et édition en collaboration avec A. Stedman, Détroit, Wayne State University Press, 2011.

GOEURY Julien (Université de Picardie Jules Verne)

Étudiant des rapports entre pratique littéraire et identité religieuse dans l’Europe des Réformes (XVIe-XVIIe siècles), les travaux de Julien Goeury se penchent sur les les poètes catholiques de l’Europe post-tridentine, avec un accent mis sur l’oeuvre de Jean de La Ceppède et la pratique de la méditation scriptuaire (L’autopsie et le «Théorème», 2001), dont il fait une lecture informée par une vaste connaissance de l’histoire religieuse et de l’histoire de la rhétorique.

À paraître :
«Les traductions allemandes et néerlandaises des Sonnets chrétiens (1680) de Laurent Drelincourt», dans J. Guilbaud (dir.), En quête de l'auteur de livres religieux, t. 1;
«Action orale/action écrite : le sermon comme “agent double”», dans A. Viala et C. Jouhaud (dir.), Scène(s), écriture et action.

GROSPERRIN Jean-Philippe (Université Toulouse - Jean Jaurès)

Spécialiste de Fénelon et de l’éloquence sacrée (Le glaive et le voile. Économie de l’éloquence dans l’œuvre de Fénelon, thèse de doctorat, 2009), Jean-Philippe Grosperrin étudie également l’interaction entre tragédie et opéra à la jonction des XVIIe et XVIIIe siècles et, dans la foulée de ces travaux, les formes du sublime.

Il a notamment publié :
«Le locus terribilis dans l'Alceste de Gluck», dans C. Imbert et P. Maupeu (dir.), Le paysage allégorique, entre image mentale et pays transfiguré, Rennes, Presses de l’Université de Rennes, 2012, p. 259-275;
«La destruction et l'ornement. Sur l'esthétique de la violence à l'opéra et dans la tragédie (1680-1750)», dans C. Martin et R. Démoris (dir.), Violences du rococo, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, 2012, p. 203-223.

HABEL Simon (Université Laval)

Intéressé par les relations entre la littérature et la philosophie du XVIIe siècle, Simon Habel retrace dans ses recherches doctorales les figures de style dans les discours de la morale et, plus spécialement, la présence de l’humour.

HEBBINCKUYS Nicolas (Université de Moncton)

Nicolas Hebbinckuys s’intéresse aux récits de voyage en Amérique des XVIe et XVIIe siècles, ainsi qu’aux spécificités de l’historiographie et aux représentations de l’altérité américaine dans les textes et l’iconographie de la Renaissance. Doctorant à l’Université de Moncton, il prépare à titre de thèse de l’édition critique du premier livre de l’Histoire de la Nouvelle-France de Marc Lescarbot (1609).

Il a notamment publié :
«Quelques instants de convivialité dans la jeune Amérique de Henri IV», Lumières 21, 2013, p. 177-190;
«La perception de l'ordre et du désordre ou l'inévitable comparatisme de l'altérité», dans SESDEF (dir.), Sens dessus dessous : conceptions et articulations de l'ordre et du désordre, Université de Toronto, 2012, p. 103-118.

HODGSON Richard (University of British Columbia)

Concentrant ses recherches sur le XVIIe siècle français, Richard Hodgson en étudie le roman ainsi que la poésie. Spécialiste de la théorie littéraire, il cherche a caractériser plus spécifiquement le processus de théorisation du baroque.

Il a notamment publié :
"Crédulité et imposture dans le corpus libertin français du XVIIe siècle: Sorel, Naudé, Bayle" in Christine Noille et Bernard Roukhomovsky (dir.), Un autre dix-septième siècle. Mélanges en l’honneur de Jean Serroy, Paris, Champion, 2013, 159-173.
"Religion, autorité et imposture chez Gabriel Naudé et Pierre Bayle" in Jean-Charles Darmon (dir.), Figures de l’imposture, Paris, Desjonquères, 2013, p. 55-70.

HOLTZ Grégoire (University of Toronto)

Professeur agrégé à l'Université de Toronto, Grégoire Holtz a publié et co-dirigé plusieurs ouvrages sur la littérature de voyage des XVIe et XVIIe siècles. On lui doit également une édition critique de la relation du voyage de Pierre Belon en Égypte (2004), ainsi qu'on ouvrage sur l'écriture du voyage à la fin de la Renaissance (2011). Ses recherches se situent aux confins de l'histoire du livre, de l'histoire des idées et des représentations littéraires.

Il a notamment publié :
«“Ô toy qui désires l’accroissement de ta langue” : la politique du vernaculaire à l’épreuve du voyage dans les Observations de Pierre Belon», dans P. Selousse et al. (dir.), Le français préclassique, Paris, Champion, 2012, p. 171-185;
avec A. Motsch (dir.), Éditer la Nouvelle-France, Québec, Presses de l’Université Laval, 2011.

KIRK Heather (Western University)

Rédigeant actuellement une thèse de doctorat dont le titre de travail est «Stratégie du spectacle au Grand siècle (1624-1660) : de la plume à la scène», Heather Kirk travaille sur les enjeux de la représentation des genres tragique et tragi-comique durant la première moitié du XVIIe siècle.

Elle a publié :
«Brutalité, vengeance et repentance : le viol dans l'oeuvre d'Alexandre Hardy», Le Verger 4, 2013.

KOLEKAR Pramila (Boston College)

Pramila Kolekar prépare une thèse portant sur les images de l’Inde dans le théâtre français du XIXe siècle. Elle y examine les origines de certaines images répétitives, leur manipulation sur les scènes de l’époque et comment le Soi s’y voit représenté par la médiation de l’Autre.

KOSTROUN Daniella (Indiana University - Purdue University Indianapolis)

Articulant ses travaux sur l'Europe de la première modernité autour des théories et méthodes des études féministes, Daniella Kostroun, récipiendaire de plusieurs distinctions dont le Gutenberg-e Prize de l'American Historical Association (2004) pour la publication électronique de sa thèse, étudie la relation des femmes à l'absolutisme politique et religieux dans l'Ancien Régime.

Elle a notamment publié :
Feminism, Absolutism, and Jansenism: Louis XIV and the Port-Royal Nuns, Cambridge, Cambridge University Press, 2011;
«La Querelle des femmes au cœur du jansénisme», Histoire, économie & société 2, 2011, p. 47-61.

LANDRY Bertrand (University of Mount Union)

S'intéressant à la littérature épistolaire et aux Mémoires des XVIIe et XVIIIe siècles, Bertrand Landry se penche plus spécialement sur les écrits de Madame de Sévigné et Charles de Sévigné, ainsi que, plus généralement, sur les écrits intimes émanant de la cour de Louis XIV.

Il a notamment publié :
«Services, sociabilité et maternité. Les amies de Madame de Sévigné», Cahiers du dix-septième siècle 12 (2), 2009, p. 43-59;
«Madame Palatine, Mignard, and Louis XIV : From Innocence and Happiness to Eavesdropping and Embarrassment», dans W. Brooks et al. (dir.), Origines, Tübingen, Narr, 2009, p. 259-271.

LAPOINTE Mélissa (Université du Québec à Rimouski)

Auteure d’une thèse sur les enjeux rhétoriques des exempla marial et christique chez Guillaume Cretin et Marguerite de Navarre (Du culte de la Vierge à l’imitation du Christ, 2014), Mélissa Lapointe complète actuellement un stage postdoctoral au sein de la Chaire de recherche du Canada en histoire littéraire de l’Université du Québec à Rimouski, où ses recherches portent sur les traités de rhétorique ayant contribué à la formation d’Henri III.

Il a notamment publié :
«Ave Maria. Exaltation de la Vierge Marie et exemplum marial chez Guillaume Cretin (1460-1525)», dans S. Lemaître-Provost et al. (dir.), Sciences et littérature, suivi de Fortunes des œuvres d'Ancien Régime, Paris, Hermann, 2013;
«Le Miroir de l'âme pécheresse, poésie spirituelle et rhétorique», dans O. Z. Pugliese et al. (dir.), Faith and Fantasy in the Renaissance, Toronto, Centre for Reformation and Renaissance Studies, 2009, p. 43-55.

LAPORTA Kathrina (New York University)

Bien qu’elle place la littérature pamphlétaire publiée des Guerres de Religion à la Révolution au cœur de ses recherches, Kathrina LaPorta s’intéresse également aux novellas et au théâtre du XVIIe siècle, ainsi qu’à la production littéraire féminine d’Ancien Régime.

LE BRAS Yvon (Brigham Young University)

Yvon Le Bras a fait paraître plusieurs articles consacrés à des écrivains français et québécois du XXe siècle; il est également l'auteur d'études sur les Relations des Jésuites en Nouvelle-France, notamment d'un ouvrage sur la représentation de l'Amérindien dans les écrits de Paul Lejeune (1632-1641). On lui doit aussi une édition critique de la Relation de l'établissement des Français depuis l'an 1635 en l'île de la Martinique, en collaboration avec Réal Ouellet (2012).

Il a notamment publié :
«“Des Sauvages du pays nommés Caraïbes” : la représentation des Amérindiens dans la Relation de la Martinique», dans A. Beaulieu (dir.), Représentation, métissage et pouvoir. La dynamique coloniale des échanges entre Autochtones, Européens et Canadiens (XVIe-XXe siècle), Québec, Presses de l’Université Laval, 2012, p. 335-346;
«Les Relations du père Jean de Brébeuf en Huronie : écriture missionnaire et ethnographie», dans M.-C. Gomez-Géraud et G. Poirier (dir.), Du Levant à la Huronie. Écritures missionnaires et littérature d'édification aux XVIe et XVIIe siècles, Québec, Presses de l’Université Laval, 2011, p. 139-148.

LEOPIZZI Marcella (Università degli Studi di Bari)

Chercheure s'intéressant au premier chef au courant libertin, Marcella Leopizzi s'est tout particulièrement penchée sur la vie et l'œuvre de Giulio Cesare Vanini. Elle est récipiendaire du Prix Aristote en 2009 pour ses travaux sur la poésie.

Elle a notamment publié :
«Le courant libertin français aux XVIIe et XVIIIe siècles», Annali della Facolta' di lingue e letterature straniere dell'Universita' di Bari 21, 2010-2012, p. 221-234;
«Vanini en France : perspectives de recherche», Studi Francesi 168, 2012, p. 505-512.

LIGNEREUX Yann (Université de Nantes)

S'intéressant à l'histoire politique et plus spécialement aux représentations ainsi qu'aux imaginaires du pouvoir et de la cité dans l'Ancien Régime, Yann Lignereux est l'auteur d'un ouvrage important dans ce champs de recherche, soit Lyon et le roi. De la «bonne ville» à l'absolutisme municipal, 1594-1654 (2003).

Il a notamment publié :
«La Ligue en Bretagne», Annales de Bretagne et des Pays de l'Ouest 119 (1), 2012, p. 204-205;
«Le visage du roi, de François Ier à Louis XIV», Revue d'histoire moderne et contemporaine 57 (4), 2012, p. 30-50.

LONG Daniel (Université Sainte-Anne)

Les plus récents travaux de Daniel Long portent sur les romans de jeunesse d'Émile Zola, ainsi que sur les traces irrécusables du romantisme dans ces textes. Il a également réalisé des recherches sur l'achronie et l'uchronie dans le roman acadien. Il participe à l'événement dans le cadre de ses activités d'enseignement de littérature française du XVIIe siècle.

Il a notamment publié :
«Esthétisation, immaculation, transfiguration dans La Confession de Claude de Zola», Nineteenth-Century French Studies 37 (3-4), 2009, p. 303-314;
«Le temps (re)trompé : achronie et uchronie dans le roman acadien», dans C. Canu et al. (dir.), Lettres francophones en chronotopes. Des lieux aux lettres, des lettres aux temps, Paris, PUPS, 2012.

MCCALL-PROBES Christine (University of South Florida)

Les travaux de Christine McCall-Probes, décorée Chevalier de l'Ordre des Palmes académiques, portent sur la poésie, la littérature épistolaire, le théâtre, la rhétorique, l'emblème et l'écriture féminine à l'âge classique; à ce titre, son projet actuel se concentre sur Sophie de Hanovre (1630-1714). Membre de longue date de l'équipe publiant annuellement la bibliographie critique French 17, elle notamment a codirigé le collectif Les femmes au Grand Siècle (2001).

Elle a également publié :
«In Search of “l'amy” and “l'amitié”: Early Seventeenth-Century Editions of Emblems from the Glasgow University Website», Seventeenth-Century French Studies 34 (1), 2012, p. 2-16;
«Controversy and Consolation : The Animal in the Royal Court, Madame and Her Spaniels», Seventeenth-Century French Studies 33 (1), 2011, p. 16-23.

MORINET Mathilde (Aix Marseille Université)

Doctorante de l'Université Aix-Marseille, Mathilde Morinet a travaillé dans le cadre de sa maîtrise sur des auteurs français du XVIIe siècle ayant effectué des voyages en France proches de l'errance subversive. Elle travaille actuellement sur la question de l'ironie dans les récits de voyage au XVIIe, dans une approche qui aborde encore la question de l'errance, certains auteurs libertins auxquels elle s'intéresse faisant figure de vagabonds lorsqu'ils parcourent la Laponie, l'Inde ou la Hollande.

Elle a publié :
«Les plaisirs du voyage chez Jean de La Fontaine», Malice 1, 2012.

MORVANT Églantine (Sciences Po)

S’effectuant actuellement dans le cadre d’un doctorat sous la supervision de John D. Lyons, les recherches d’Églantine Morvant, qui font l’objet d’enseignements à Sciences Po (Paris), se concentrent principalement sur le statut de l’artiste à travers l’histoire.

À paraître :
«La vie moderne dans Tartuffe, Le festin de Pierre et Le Misanthrope : à hauteur de conscience de soi et de responsabilité devant la communauté», Cahiers du dix-septième siècle.

PALACIOS Joy (Simon Fraser University)

Travaillant principalement sur les notions d’illusion, de mise en scène et d’autoreprésentation, Joy Palacios interroge le rôle joué par la performance dans les domaines religieux et politique, tout particulièrement en tant que réponse de l’Église catholique du XVIIe siècle à l’importance de plus en plus grande des arts de la scène à cette époque. À partir des outils conceptuels offerts par la théorie de la performance et l’anthropologie historique, elle étudie également la manière dont le contexte culturel de la Contre-Réforme influence la production littéraire.

Elle a notamment publié :
«Liturgie, théâtralité du zèle et habits ecclésiastiques au XVIIe siècle», dans C. Bernat et F. Gabriel (dir.), Critique du zèle. Fidélités et radicalités confessionnelles dans la modernité, Paris, Beauchesne, 2013, p. 109-125.

PERLMUTTER Jennifer (Portland State University)

Spécialiste de la littérature et de culture française des XVIIe et XVIIIe siècles, Jennifer Perlmutter explore l'impact de la marginalisation sur l'identité nationale et individuelle. Ses travaux se sont jusqu'ici intéressés au Mercure galant, ainsi qu'aux Ana, genre commémoratif méconnu. Elle travaille actuellement à la rédaction d'un ouvrage substantiel sur la relation entre pouvoir, savoir et identité dans la représentation fictionnelle des Juifs.

Elle a notamment publié :
«Knowledge, Authority, and the Bewitching Jew in Early Modern France», Jewish Social Studies 19 (1), 2012, p. 34-52;
«Anne de La Roche-Guilhen's Power-Hungry Heroines», dans R. Lalande et B. Landry (dir.), Nourritures, Tübingen, Narr, 2010, p. 241-251.

PERRIER-CHARTRAND Julien (Université du Québec à Montréal)

Les recherches doctorales de Julien Perrier-Chartrand portent sur les significations politiques, discursives et rhétoriques de la figure du duel dans la tragédie et la tragi-comédie de la fin de l’époque baroque. Plus précisément, il chercher à définir le rôle poétique structurant de la figure du combat singulier en établissant la liste de ses occurrences dramatiques.

À paraître :
«L'enjeu politique de l'institution des règles dans le théâtre classique», dans J. Pedro Serra et al. (dir.), Teatro : Estética e Poder, Lisbonne, Presses de l'Université de Lisbonne;
«Honneur, duel et commerce», dans M. Fritz et al. (dir.), Argent, commerce et échange sous l'Ancien Régime, Québec, Presses de l’Université Laval.

PIGUET Louise (Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3)

Membre du Groupe de recherche interdisciplinaire sur l’histoire du littéraire de (Université de Paris III – Sorbonne Nouvelle), Louise Piguet sera sous peu allocataire de l’École normale supérieure (Lyon), où elle est actuellement tutrice. Étudiant l’œuvre de Madame Guyon dans le cadre de sa thèse de doctorat, elle s’attarde tout particulièrement à sa dimension d’«instruction spirituelle» dans le contexte de la «déroute des mystiques» (H. Bremond).

PLAZENET Laurence (Université Paris-Sorbonne)

Auteure de romans dont les thèmes dérivent de ses recherches sur la littérature du XVIIe siècle et le jansénisme, récipiendaire de plusieurs prix (dont le Prix de littérature de l’Union européenne en 2012) et membre de l’Institut universitaire de France, Laurence Plazenet a également produit des éditions critiques de premier plan (La Rochefoucauld, Maximes, 2005; Héliodore, Histoire aethiopique, 2008).

RONZEAUD Pierre (Aix Marseille Université)

Pierre Ronzeaud est professeur à l’Université de Provence (Cielam 16-18 : Recherches sur l'imagination de la Renaissance aux Lumières). Il est spécialiste des récits de voyage, des géographies imaginaires et des mondes irrationnels, mais aussi des mazarinades et de la littérature pamphlétaire du XVIIe siècle.

ROSELLINI Michèle (École normale supérieure de Lyon)

S’intéressant aux thèmes de la lecture et de la bibliothèque au XVIIe siècle, les travaux de Michèle Rosellini portent principalement sur les auteurs libertins de la même période; elle dirige actuellement l’édition critique de La bibliothèque française de Charles Sorel (1667), à laquelle participe également Mathilde Bombart (Université de Lyon III), qui participe également à cette édition du Congrès de la NASSCFL. Enfin, est directrice de collections aux éditions Atlande et Classiques Garnier.

Elle a notamment publié :
«Risques et bénéfices de la publication d'un “mauvais livre” : la stratégie commerciale des libraires-éditeurs du Parnasse satyrique (1622-1625)», dans E. Keller-Rahbé (dir.), Les arrière-boutiques de la littérature. Auteurs et imprimeurs-libraires aux XVIe et XVIIe siècles, Toulouse, Presses universitaires de Toulouse-Le Mirail, 2010, p. 185-208;
«Écrire l'histoire de France au service de la patrie : le projet singulier de Charles Sorel», XVIIe siècle 246, 2010, p. 69-96.

ROSENSWEIG Anna (University of Southern California)

Se greffant à un intérêt marqué pour la perspective transhistorique qu’offre la littérature sur la question des droits humains, les recherches d’Anna Rosenweig en ce qui a trait à l’époque prémoderne se concentrent sur le théâtre et la théorie politique. Travaillant actuellement à un ouvrage provisoirement intitulé La tragédie et l’éthique des droits de résistance à l’âge classique, elle y fait le constat voulant que la tragédie des XVIe et XVIIe siècles participe à un débat autour de la possibilité de résister à la tyrannie.

Elle a publié :
« Hearing Witness: Literary Listening as a Duty of Memory in Rwanda», French Review 86 (4), 2013, p. 744-755.

ROY Roxanne (Université du Québec à Rimouski)

Coorganisatrice de l’événement, la présentatrice est spécialiste de l’histoire littéraire des XVIIe et XVIIIe siècles et, plus spécialement, de l’esthétique de la galanterie. Ses travaux se penchent en outre sur la poétique des genres littéraires (particulièrement sur la nouvelle), sur la place des femmes écrivains sous l’Ancien Régime et sur l’histoire de la rhétorique. Directrice de la revue Tangence, elle est membre de plusieurs groupes de recherche internationaux, dont le Centre d’Étude de la langue et de la littérature françaises (XVIIe-XVIIIe s.), rattaché au CNRS.

À paraître :
Jean de Préchac, «L'héroïne mousquetaire» et autres nouvelles, édition critique, Paris, Honoré Champion;
Trois institutions oratoires à l’usage de Henri III : Du Perron, Amyot et Forget, édition critique en collaboration avec P. Bastien et al., Paris, Classiques Garnier.

SCHUWEY Christophe (Université Paris-Sorbonne et Université de Fribourg)

Les recherches actuelles de Christophe Schuwey portent sur Donneau de Visé, fondateur du Mercure galant, et sur le rapport entre actualité et littérature au XVIIe siècle. S’intéressant plus généralement à l’enjeu que représente l’information après la Fronde, elles interrogent l’économie des nouvelles et les modalités selon lesquelles elles se voient ou non valorisées.

À paraître :
«La forme brève dans la bibliothèque de Tobie», dans Bibliothèque cantonale et universitaire (dir.), Tobie de Castella et sa bibliothèque, usages et culture du livre dans le Fribourg de la fin de l'Ancien Régime;
«Aux enseignes de papier : les recueils comme plateformes de publication», dans L. Rey et L. Gil (dir.), La genèse des corpus littéraire à l'âge classique.

SELMECI CASTIONI Barbara (Université de Lausanne)

Barbara Selmeci Castioni concentre actuellement ses recherches sur la gravure d’illustration au XVIIe siècle et, en particulier, sur les gravures du Mercure galant, question à laquelle elle consacre actuellement une monographie. Elle participe en outre à la constitution d’un catalogue des estampes tirées de ce périodique. Si la question de l’errance spirituelle était au cœur de ses recherches sur la littérarisation de la matière hagiographique, l’errance générique constitue un enjeu central de ses travaux actuels.

Elle a notamment publié :
«Penser “la belle image”. La représentation du saint comme enjeu du roman moderne», Littératures classiques 79 (3), 2013, p. 79-94;
«Entre image sacrée et portrait mondain : le tableau dans le roman hagiographique au XVIIe siècle», dans J. Herman et al. (dir.), L'assiette des fictions. Enquêtes sur l'autoréflexivité romanesque, Louvain, Peeters, 2010, p. 89-102.

SGUAITAMATTI Marie-Florence (Université du Québec à Montréal)

Auteure d’une thèse de doctorat sur la relation de la littérature au thème de la sainteté au XVIIe siècle (2009), Marie-Florence Sguaitammati, boursière du Fonds national suisse de la recherche scientifique, est actuellement stagiaire postdoctorale à l’Université du Québec à Montréal, où elle travaille sur les écrits scientifiques de Charles Sorel.

Elle a notamment publié :
«Claude Crébillon : de la queue des comètes au cœur humain», dans S. Genand et C. Poulouin (dir.), Parcours dissidents au XVIIIe siècle, Paris, Desjonquères, 2011, p. 162-179.

SOUCHIER Marine (Université Paris-Sorbonne)

Doctorante, Marine Souchier est membre de l’Observatoire de la vie littéraire (Université de Paris IV – Sorbonne) et, à ce titre, s’intéresse à la figure du dramaturge au XVIIe siècle, ainsi qu’aux notions d’auctorialité, de hiérarchisation des auteurs et aux débuts de l’histoire littéraire.

Elle a notamment publié :
«Le “Maître de la Scène” et ses concurrents : Pierre Corneille face à Claude Boyer et Thomas Corneille», dans T. Catel (dir.), Maîtres et élèves de la Renaissance aux Lumières, Paris, CELLF 17-18, p. 75-85.

SPRIET Stella (University of Saskatchewan)

Spécialiste des formes dramatiques des XVIIe et XXe siècles, Stella Spriet aborde le texte de théâtre d'Ancien Régime tant à la lumière des théories contemporaines que par le biais de clés de lecture endogènes, telles la rhétorique ou la philosophie politique.

Elle a notamment publié :
«La scène du secret dans les tragédiespolitiques de Corneille», dans H. Bilis et J. Tamas (dir.), L'éloquence du silence. Dramaturgie du non-dit sur la scène théâtrale des XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, Classiques Garnier, 2014, p. 177-196.

STAMBUL Léo (Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3)

Préparant actuellement une thèse de doctorat sur l’institution polémique de l’autorité de Boileau dans les lettres, Léo Stambul est rattaché à l’équipe de recherche Formes et idées de la Renaissance aux Lumières (Université de Paris III), ainsi qu’au Groupe de recherches interdisciplinaires sur l’histoire du littéraire (École des hautes études en sciences sociales).

Il a notamment publié :
«La Satire XII de Boileau : rendre l'équivoque inacceptable», dans J.-P. Cavaillé (dir.), Les dossiers du Grihl, dossier «Les limites de l'acceptable», 2014.

STIKER-MÉTRAL Charles-Olivier (Université Charles-de-Gaulle - Lille 3)

S’intéressant aux croisements entre littérature et philosophie au XVIIe siècle, les travaux d’Olivier Stiker-Métral, membre de l’équipe Analyse littéraire et histoire de la langue (Université de Lille III), se concentrent sur la question du soi en regard de la définition du privé et du public, sur les moralistes (la catégorie même de «moraliste» et les différents genres de la littérature morale), ainsi que sur l’expression polémique et humoristique, spécialement la satire et l’ironie.

Il a notamment publié :
avec J.-P. Gay (dir.), Les métamorphoses de la théologie. Théologie, littérature, discours religieux au XVIIe siècle, Paris, Champion, 2012;
«La Bruyère et les vertus du dehors», Annuaire de l'Institut Michel Villey, 2012, p. 129-138.

TAMAS Jennifer (Rutgers - The State University of New Jersey)

Les travaux de Jennifer Tamas explorent la relation entre la politique, la religion et le texte dramatique du XVIIe siècle à travers le prisme de la déclaration. Elle a également touché les questions concomitantes du non-dit et du silence (voir L'éloquence du silence. Dramaturgie du non-dit sur la scène théâtrale des XVIIe et XVIIIe siècles, dir. avec H. Bilis, 2014). Ses recherches actuelles se concentrent sur la déclaration d'amour comme acte de parole problématique.

Elle a notamment publié :
Madame de Sévigné, Les Lettres de 1671, édition critique en collaboration avec F. Calas et al., Paris, Atlande, 2012.

TRIVISANI-MOREAU Isabelle (Université d'Angers)

Spécialiste de la littérature française du XVIIe, Isabelle Trivisani-Moreau est membre du centre d’étude et de recherche Imaginaire, Écritures et Cultures (Université Angers). Ses travaux portent sur la prose narrative de cette période, le roman et les mémoires; elle s’intéresse en outre au paysage dans la littérature.

Elle a notamment publié :
«Âpre modernité. La représentation de la galanterie des anciens dans les œuvres d'Anne de La Roche-Guilhen», Littératures classiques 77 (1), 2012, p. 177-191;
Paysage politique. Le regard de l'artiste, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010.

VAN DER SCHUREN Éric (Université Laval)

Professeur à l'Université Laval et membre fondateur du Cercle interuniversitaire d’études sur la République des Lettres, Éric Van der Schueren est l’auteur d’un monumental ouvrage qui est devenu une référence incontournable, Les sociétés et les déserts de l’âme. Approches sociologiques de la retraite spirituelle dans la France du XVIIe siècle (2001); à ce titre, il est considéré comme l'un des grands spécialistes des genres épidictiques et, notamment, de l’oraison funèbre.

Il a notamment publié :
- avec Mathieu Fortin (dir.), De la permanence. Études offertes à Bernard Beugnot, Paris, Hermann, 2013;
- «Les manes d'Hippolyte : la fabrique ancienne de Jean Racine», dans Philippe Heuzé, Yves Hersant et É. Van der Schueren (dir.), Une traversée des savoirs. Mélanges offerts à Jackie Pigeaud, Québec, Presses de l'Université Laval, 2008, p. 157-185;
- avec Paul Aron et al. (dir.), Vérité et littérature au XVIIIe siècle, Paris, Honoré Champion, 2001.

VOS-CAMY Jolene (Calvin College)

Les recherches actuelles de Jolene Vos-Camy portent sur l'écrivaine albigeoise du XVIIe siècle Antoinette de Salvan de Saliès, ainsi que sur le motif de l'errance dans la biographie de la comtesse d'Isembourg.

Elle a notamment publié :
«Les œuvres narratives de Catherine Bernard : les femmes face à l'amour», Oeuvres & critiques 35 (1), 2010, p. 95-104;
«L'amitié et l'amour dans Eléonor d'Yvrée de Catherine Bernard», Cahiers du dix-septième siècle 12 (1), 2008, p. 87-97.

VUILLEMIN Jean-Claude (Pennsylvania State University)

Jean-Claude Vuillemin étudie principalement l'histoire intellectuelle des XVIe et XVIIe siècles, ainsi que le théâtre de la même époque : édition du théâtre complet de Jean de Rotrou, en collaboration avec le groupe Textes dramatiques du XVIIe siècle de l'Université de Paris IV, à paraître; L'hypocondriaque, 1999; L'innocente infidélité, 2005 et La belle Alphrède, 2008. Proposant une lecture foucaldienne du baroque dans Épistémè baroque. Le mot et la chose (2013), il fait du concept la pierre de touche de la première modernité.

Il a également publié :
«Foucault et le classicisme : les œillères de l'histoire (littéraire)», LHT Fabula 11, 2013;
«Pratique théorique et jouissance théâtrale», Poétique 174 (2), 2013, p. 189-213.

WIKSTRÖM Toby (Tulane University)

Les recherches de Toby Wikström portent sur la littérature des XVIe et XVIIe siècles, qu’il étudie sous l’angle des rapports interculturels et de la performance. Actuellement en cours de rédaction, son ouvrage Legal Scenes. Law, Conquest and Slavery on the French Stage (1598-1685) explore la façon dont le théâtre français du XVIIe siècle traite les questions juridiques que posent la conquête coloniale et l’esclavage.

À paraître :
«Was There a Pan-European Orientalism? Comparing the Representation of the Muslim “Orient” in Captivity Narratives from Iceland and the Spanish Netherlands (1628-1656)», dans M. Keller et J. Irigoyen-García (dir.), The Dialectics of Orientalism in Early Modern Europe, New York, Palgrave Macmillan;
Legal Scenes: Law, Conquest and Slavery on the French Stage (1598-1685).

WILD Francine (Université de Caen Basse-Normandie)

Professeur émérite, Francine Wild a travaillé principalement sur les textes anecdotiques (ana, historiettes), le récit non fictionnel (biographies, mémoires, hommes illustres) et sur les épopées.

Elle a notamment publié :
(dir.), Le sens caché. Usages de l'allégorie du Moyen âge au XVIIe siècle, Arras, Artois Presses Université, 2013.

WOOD Allen (Purdue University)

Les intérêts de recherche d’Allen Wood se concentrent sur la littérature du XVIIe siècle ainsi que sur la langue française du commerce, ce dont témoigne sa direction de la revueGlobal Business Languages. Spécialiste de la satire, il est notamment l’auteur de Literary Satire and Theory (1987) et d’une édition critique des Hippolyte français du dix-septième siècle (1997).

Il a notamment publié :
«Molière's Miser, Old Age, and Potency», dans V. Barnes (dir.), Performance of Age in Theatre, Dance, and Film, New York, Palgrave Macmillan, 2010, p. 151-161;
«Boileau, Régnier et le repas ridicule», Papers on French Seventeenth Century Literature 31, 2004, p. 522-22.

ZAISER Rainer (Université Christian - Albrechts de Kiel)

Spécialiste reconnu de la littérature française du XVIIe siècle et de la première modernité, Rainer Zaiser étudie parallèlement les corpus français et italien de cette période, tout en contribuant à la réflexion sur les théories littéraires poststructuralistes.

Il a notamment publié :
«Dieu manifeste, Dieu caché, Dieu absent : les ambiguïtés des concepts religieux d'Athalie de Racine», dans P. Chométy et S. Requemora-Gros (dir.), Gueux, frondeurs, libertins, utopiens. Autres et ailleurs du XVIIe siècle, Marseille, Presses universitaires de Provence, 2013;
«Autour de quelques méthodes de la recherche dix-septiémiste en Allemagne», XVIIe siècle 254, 2012, p. 7-27.