Madame Guyon ou le sentier étroit du non-savoir

Louise Piguet (Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3)

En traçant dans ses écrits la «marche de l’intérieur chrétien», Madame Guyon réitère et varie les lieux de la littérature mystique, figurant l’expérience de la perte volontaire. Son moi spirituel et son moi auctorial ne sont qu’une seule chose : la vérité de son expérience ne se signale pas par des miracles ou des ravissements mais dans sa propre écriture, marquée par la «simplicité» ou encore l’«onction» qui signalent sa perfection. Mais contrairement aux grands modèles espagnols, Guyon ne se trouve au départ de cette errance en aucun lieu d’autorité. Nous verrons comment les conditions sociales de l’auteure engagent une situation d’énonciation et des choix d’écriture particuliers : l’image de l’âme comme enfant, déjà employée par saint Jean de la Croix; le progrès spirituel, véritable involution au cours de laquelle le sujet renonce au savoir pour devenir, encore, enfant. Guyon souhaite ainsi s’adresser en ignorante aux ignorants.