Une colonie imaginaire. Les horizons politiques de la Nouvelle-France

Yann Lignereux (Université de Nantes)

Lorsque les Français prennent pied en terre nord-américaine au tout début du XVIIe siècle, leur investissement se signale par une double préoccupation, pragmatique et historiographique, dont l'enjeu est l'établissement d'une république bien plus que la simple affirmation coloniale d'une transposition à l'identique d'un modèle politique d'une rive à l'autre de l'Atlantique. Ce geste inaugural se comprend à la lumière des débats qui mettaient en question les rapports entre le politique et le spirituel. Le propos de cette communication est d'interroger les métamorphoses de ce projet de fondation politique au gré des errances politico-administratives du statut de ces terres, qui témoignent sur le continent américain des questionnements politico-religieux à l'œuvre dans la métropole. L'affirmation par Louis XIV d'une «royalisation» de la Nouvelle-France, loin de mettre un terme à ce vagabondage du sens politique de ce territoire, renouvelle l'inquiétude de leur statut : c'est la question même de la nature de l'État français qui s'éclaire de son expérience coloniale et de ses errances.