Errer dans le “royaume des bestes sauvages” : la mission volante de Paul Lejeune, premier supérieur jésuite de Québec

Yvon Le Bras (Brigham Young University)

Si le père Paul Lejeune n'est pas le premier missionnaire qui ait suivi des Amérindiens sur leurs territoires de chasse depuis l'arrivée des Français au Canada, le récit de son hivernement de l'hiver 1633-1634 occupe néanmoins une place privilégiée dans la série des Relations des Jésuites. En effet, le compte rendu que Lejeune adresse en 1634 à son provincial de Paris dépasse le cadre étroit du journal, pour prendre la forme d'un rapport missionnaire détaillé et subdivisé, où la simple chronologie événementielle cède le pas au registre descriptif ou commentatif, qui permet de multiples renvois intertextuels et met en relief les talents d'observateur et d'écrivain du premier supérieur de Québec passé maître dans l'art de la rhétorique. L'ordre thématique se substituant aux incertitudes du récit fait ainsi passer pour triomphante la mission d'un jésuite pourtant entièrement dépendant de ses hôtes montagnais, dont il partage la vie nomade pendant près de cinq mois.