Henri de Campion : errances et égarements d’un mémorialiste du XVIIe siècle

Bertrand Landry (University of Mount Union)

La communication proposée se penchera sur les Mémoires d'Henri de Campion, cadet d'une noble famille normande désargentée, et de noter les errances et les égarements professionnels, politiques, littéraires et familiaux de ce parfait héros cornélien. Dès 1637, Campion cherche gloire et fortune, servant Louis XIII et Richelieu, affrontant la régente et Mazarin son ministre. Au plus fort de la Fronde, il sert le duc de Beaufort, à qui il refuse bientôt d'obéir aveuglement. Il quitte un complot ourdi contre le cardinal et se voit contraint à l'exil; il se mettra à son service en 1651. La rédaction de ses Mémoires est entreprise en 1654; l'on constate qu'il modifie les conventions du genre pour y inclure des tranches intimes de vie privée (mariage, amour de la famille passion pour sa fille Louise-Anne morte prématurément). Des deux premiers éditeurs vont tenter de supprimer ces «capucinades» mais, malgré errances et égarements, l'œuvre de Campion le campe fermement parmi les mémorialistes modernes et originaux du XVIIe siècle.