Le revers de fortune, ou l’erreur morale dans le triptyque tragique La Vie d’Alexandre de Hardy

Heather Kirk (Western University)

Les trois oeuvres tragiques d’Alexandre Hardy composant La Vie d’Alexandre, soit : Timoclée, La Mort de Daire et La Mort d’Alexandre, mettent en scène les aventures du grand empereur, son administration, ses conquêtes, son meurtre. Le spectateur y suit les péripéties du Macédonien qui, foncièrement bon dans les premières pièces, dégénère en tyran, victime de son hybris. Le revers de fortune du héros tragique est habilement annoncé par le dramaturge lors du cinquième acte de La Mort de Daire : face au corps déchiqueté de son ennemi, Alexandre demande à la Fortune si son destin ne serait pas aussi funeste. C’est une « faute mediocre » (l’orgueil princier et non la méchanceté ou la perfidie) qui occasionne le revers de fortune et qui « mérite d’être punie », selon les conventions du genre tragique. Cette communication souhaite retracer les causes et les conséquences de la chute d’Alexandre le Grand dans le triptyque hardien, en le lisant à la lumière de la tradition humaniste du miroir des princes, par lequel le revers de fortune d’Alexandre causé par son grand orgueil sert de leçon morale au spectateur.