La nouvelle historique ou “hystérique”? Un genre littéraire hérétique et/ou conservateur

Valentina Denzel (Michigan State University)

Cette communication se penchera sur la nouvelle historique, genre littéraire qui trouve ses origines dans la deuxième moitié du XVIIe siècle. Né dans le contexte des salons et des conversations mondaines qui s’opposent souvent aux normes et théories plutôt rigides de l’Académie française, il était souvent pratiqué par des femmes : Charlotte Rose Caumont de La Force et Julie Henriette Murat, Comtesse de Castelnau, seront envisagées ici. Elles décrivent, de manière différente, des événements historiques sur un plan fictionnel, brouillant de ce fait les distinctions entre fait et fiction. En m’appuyant sur les théories narratologiques féministes et sur les différentes théories concernant l’écriture de l’histoire, je m’attarderai aux aspects subversifs de ce genre, en insistant sur son caractère novateur, qui aura fait qualifier d’élucubrations féminines ou «hystériques» par ses détracteurs. Ce genre, qui propose un compromis entre les valeurs des salons et celles des institutions (telle l’Académie), sera en outre envisagé en tant que champ d’expériences à la fois historiographiques et romanesques.